Arrietty, le petit monde des chapardeurs.

17 01 2011

Toujours curieux des nouvelles productions du Studio Ghibli, je suis allé voir « Arrietty » ce weekend et je me suis dit que c’était l’occasion idéale pour faire ma première critique de film sur ce blog. Un article un peu différent pour cette fois-ci donc.

Tout d’abord, j’avais beaucoup entendu parler d’Arrietty, que ce soit sur la chaîne Nolife ou par le biais d’amis. C’était un film attendu par les fans du Studio puisque c’est le premier où Miyazaki passe un peu la main à d’autres talents pour la réalisation d’un long métrage. On savait que Hayao n’était pas très satisfait du travail qu’avait fait son fils Gôro avec son « Conte de Terre-Mer ».

Arrietty était un projet qui tenait à coeur à Hayao Myazaki depuis longtemps, il a confié la réalisation à un dessinateur du studio, Hiromasa Yonebayashi, présent depuis Princesse Mononoké. La patte de Hayao n’est présente dans ce film que dans le scénario, ce dernier ayant laissé libre champ à son réalisateur pour créer les story board et la mise en scène.

L’intrigue principale du film se déroule autour d’Arrietty (comme vous auriez pu l’imaginer) petite chapardeuse de 14 ans. Mais qui sont les chapardeurs? Les chapardeurs sont des petits êtres, humains d’apparence, moins grands qu’une fourchette. Ils vivent cachés dans nos maisons et chapardent nos biens pour pouvoir survivre. Leur existence ne doit pas être révélée aux humains car ces derniers sont généralement cruels envers eux.

En parallèle de l’histoire d’Arrietty, on suit la vie de Sho, un garçon du même âge que notre chapardeuse, qui séjourne dans la maison de sa grand-mère à la campagne, celui ci étant malade et ayant besoin de repos. Sho découvrira notre héroïne par hasard et cherchera à la retrouver. De leur rencontre va naître une amitié impossible : Arrietty n’ayant pas le droit d’aller voir les humains, elle brave les interdits en allant voir Sho à plusieurs reprises. Toutefois, elle sent que cet humain est différent des autres, et c’est certainement ce qui la pousse à aller le revoir. 

L’histoire d’Arrietty est très agréable, on ne s’ennuie pas en le regardant. Bien sûr on y retrouve les thèmes de l’écologie et de l’amitié, présents dans de nombreux autres films du studio Ghibli. Il reste donc dans la longue tradition des autres films et n’apporte pas d’après moi une véritable transition. On remarquera que les sons et la musique ont été très soignés dans ce film (comme dans les autres d’ailleurs), en particulier la perception de ces sons : la taille d’Arrietty induit qu’elle entend plus fortement que nous le bruit d’une horloge, l’ambiance sonore est donc tout à fait respectée et nous plonge dans la peau des ces petits êtres.

Le travail sur les couleurs était plus terne dans Arrietty que dans les précédents Ghibli, il faut dire que « Ponyo sur la falaise » offrait un véritable feu d’artifice qui ne correspondrait peut être pas à l’univers des chapardeurs. On notera aussi que le character design n’a pas évolué, les visages des personnages permettent tout de suite de reconnaitre les bons et les méchants de l’histoire et donne un coté rétro à l’histoire. C’est un point que l’on aime ou pas bien sûr, pour ma part, je pense qu’il serait bon que Ghibli arrive à s’affranchir de ses codes pour se renouveler. On est toujours heureux de voir un film « à la Miyazaki » évidemment, mais un peu de nouveauté ne ferait pas de mal. Reste à voir si le studio va nous surprendre avec son prochain film ou même avec le jeu Ninokuni qui devrait sortir sur PS3 et DS. Le jeu est développé par Level 5, connu pour avoir développé les très bons Professeur Layton ainsi que les derniers Dragon Quest.

Un apperçu de la version PS3 de Ninokuni

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :