Herakles ou le mythe d’Hercule revisité

29 05 2013

Une couverture noire avec un visage dur, celui d’un homme, ou plutôt d’un demi-dieu qui vit avec un bien trop lourd passé. Cette bande dessinée  nous narre le destin du héros Héraclès, signifiant littéralement « gloire d’Héra » comme on nous le rappel au fil des pages, contraint à réaliser douze épreuves héroïques pour prouver sa valeur. Édouard Cour nous fait revisiter le mythe de l’un des héros le plus célèbre de l’antiquité grecque, Hercule. Comme toujours, l’éditeur  Akileos nous propose un petit bijou et nous surprend toujours par la qualité de sa ligne éditoriale.

Herakles, Tome 1, Edouard Cour © Akileos Editions 2012

Herakles, Tome 1, Edouard Cour © Akileos Editions 2012

Édouard Cour, auteur et dessinateur, choisit de nous raconter l’histoire d’Hercule et de ses douze travaux d’une manière assez originale. Il y a tout d’abord choisi un parti pris graphique, les illustrations de la bande dessinée ont généralement une couleur dominante sur lesquels des tracés noirs au crayon gras sont rajoutés. Ce type d’illustration donne une identité graphique forte à l’ensemble de l’œuvre. On peut aussi citer l’effort particulier qui a été réalisé au point de vue des caractères typographiques, imitant l’écriture grecque ancienne tout en restant parfaitement lisible pour un lecteur moderne. Ce sont ce genre de petits détails que l’on apprécie et qui permettent une meilleur l’immersion dans cette fabuleuse histoire.

Du point de vue narratif, l’auteur nous raconte donc les prouesses d’Alcide, alias Héraclès, et nous plonge directement, sans plus amples explications, dans la première épreuve qui lui a été attribué par Eurysthée :

 » Héraclès devra vaincre le lion à la peau impénétrable vivant dans les collines de Némée. « 

Mais l’histoire d’Héraclès ne se borne pas à ces douze travaux et l’auteur joue habilement des retours en arrière pour nous faire découvrir la vie de se héros. L’ensemble est fait avec un grand humour et l’on constate à plusieurs reprises que notre héros enjolive sa propre légende. Toutefois Édouard Cour ne fait pas l’impasse sur la légende noire d’Héraclès, ces accès de folie meurtrière, son tempérament fougueux qui entraine la mort partout où il passe. A travers ce récit, l’auteur nous pousse à nous poser nous mêmes des questions sur ce qu’est l’héroïsme.

 » Amis ou ennemies, tous ceux qui croisent sa route finissent raides et rongés par les vers […]mais s’il devient un Dieu… ce sera justifié, non ? « 

A la fin de la lecture de ce premier tome, on ressent l’amour de l’auteur pour l’antiquité grecque, on sent qu’un lourd travail de recherche a été réalisé en amont pour rendre cette histoire et les protagonistes vivants. Édouard Cour nous livre ici une bande dessinée qui révèle le côté tragique de l’histoire d’Héraclès au-delà de la légende héroïque que nous connaissons tous. Il n’y a plus qu’à espérer que le second tome de la série soit aussi bien que n’est le premier.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :