Paola Crusoé ou comment survivre sur une île déserte au XXIe siècle

12 06 2013

Paola Crusoé, jeune fille cadette de la famille se réveille échouée sur une plage d’une île tropicale déserte. Après avoir retrouvé son père et son frère, ceux-ci doivent apprendre à survivre sur cette île paradisiaque mais inhospitalière. Matilde Domecq nous livre à travers ces pages une version moderne du classiques de la littérature Le Robinson Suisse, inspiré lui-même du célèbre roman de Daniel Defoe. Nommé au festival d’Angoulême dans la catégorie Jeunesse, cette bande dessinée nous propose une histoire touchante et humoristique.

Paola Crusoé: Naufragée, Tome 1, Mathilde Domecq © Editions Glénat 2012

Paola Crusoé: Naufragée, Tome 1, Mathilde Domecq © Editions Glénat 2012

C’est à travers les yeux des enfants et non ceux des parents que l’auteur nous propose de nous narrer cette histoire de naufragés. On peut même dire que ce sont les enfants les plus débrouillards dans cette galère. Les adultes, le père de la famille et  Rachel, une autre rescapée, peuvent être perçus comme des personnages quelque peu dépassés par les évènements. Ils n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la marche à suivre, savoir s’il faut installer un campement durable en attendant des secours ou trouver tous les moyens en leur pouvoir pour réussir à s’évader de leur prison insulaire.

 » A l’ère de Google Earth… je me retrouve à faire des signaux de fumée. J’hallucine ! « 

Si le sujet traité par la bande dessinée ne prête pas à rire au premier abord, Matilde Domecq transmet cette histoire avec beaucoup d’humour. Ainsi, on constate que Paola et son frère, même dans les moments les plus tragiques ne peuvent pas s’empêcher de se chamailler. Si l’effet comique de cette bande dessinée est si réussi, c’est surtout grâce au design des personnages. Leurs grosses têtes déformées et leurs mimiques caricaturales permettent de repérer facilement le caractère des personnages. Ainsi, les nombreux comiques gestuelles de la bande dessinée fonctionnent à merveille et aide à donner une atmosphère plus légère à cette bande dessinée.

Matilde Domecq nous propose donc un premier tome de bande dessinée jeunesse de qualité, toutefois cette bande dessinée peut être tout à fait appréciée par un public adulte. Outre les situations comiques, on peut voir que l’auteur propose un second niveau de lecture pour un public plus âgé. C’est ainsi que le récit de la mère de la famille, restée en France car elle était trop accaparée par son travail, peut être vu comme une critique de la société contemporaine. Ce récit montre toute l’absurdité du monde du travail, des choix qu’ont à faire les adultes dans leur vie.

Paola Crusoé : naufragée est donc une bande dessinée que toute la famille peut partager, un très bon choix qui ravira les petits comme les grands. Précisons que cette aventure est parue en prépublication dans le mensuel Tchô ! connu pour accueillir les dessins de Zep et de son célèbre Titeuf.

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :