Don’t Rest Your Head, quand l’insomnie devient votre plus grande force (un jeu de rôle des écuries d’Augias)

6 11 2013

Après ce qui s’est passé cette nuit là, vous n’êtes plus la même personne. Impossible de dormir, comment oublier cet évènement traumatisant qui est devenu votre libération. Cet instant qui vous a ouvert un nouvel horizon vers un monde où tout est à découvrir. Vous êtes devenu bien plus que vous-même. Mais gare à la fatigue qui vous guète, votre allié qui vous permet de vous surpasser mais aussi votre fardeau qui, si vous ne faites pas suffisamment attention, sera votre linceul.

Don't Rest Your Head © Ecuries d'Augias

Bienvenue dans le Monde de Don’t Rest Your Head , une jeu de rôle où vous allez jouer des insomniaque qui découvrent un peu par hasard une ville qui semble défier toute logique. Les Ecuries d’Augias, traducteur de ce jeu indé qui avait cartonné aux Etats-Unis, nous propose ici un univers plein de mystères à découvrir pour sauver sa propre peau contre les monstres tapis dans la nuit ou tout simplement celui qui sommeil en nous.

 » Mad City est cet endroit caché et perdu, où les chaussettes manquantes et les jouets cassés trouvent une seconde vie… là où cette porte que aviez cru voir du coin de l’œil s’ouvre vers Mad City. « 

Lire le reste de cette entrée »





Eleusis, de la chrysalide au myste ( un jeu de rôle John Doe)

3 07 2013

Depuis l’existence de l’humanité, nous avons toujours été gouvernés par notre destin. On ne peut s’y soustraire, néanmoins un petit groupe de privilégiés ont réussis à modifié leur destinée, les mystes. Cette élite a depuis la Grèce antique réussi à utiliser leurs talents pour modifier la trame du destin, créant ainsi le monde que nous le connaissons de jours. De ce fait, les mystes ont de très grands pouvoir, ils font partie des grands de ce monde. C’est avec cette idée en tête que vous évoluerez donc dans ce monde fait d’organisations politiques, financières et religieuses qui régissent l’univers des mystes.

Le Grumph, Eleusis © John Doe éditions

Dans le jeu de rôle Eleusis, vous jouerez un myste ou tout du moins une chrysalide pour commencer, un jeune individu encore inexpérimenté dans l’art de l’altération de la toile. Votre personnage aura un talent particulier qui lui permettra d’arriver à ses fins. Ainsi, on pourra modifier les souvenirs d’une personne, altérer son physique, créer des lieux et des objets. Néanmoins ceux-ci ne sortent pas de nulle part et la trame (le destin en d’autres termes) cherchera toujours une manière logique de répondre à cette modification qui peut impacter plus ou moins l’environnement.

Mais vous ne serez pas seul dans cette aventure, vous jouerez avec d’autres mystes regroupés dans un gône. Un groupe qui se forme naturellement et qui partage un but commun ainsi qu’une hiéra identique, des bijoux forgés pas les vestales qui permettent aux mystes de contrôler leurs pouvoir sans en avoir les inconvénients fâcheux.

Et oui utiliser ses pouvoirs sans sa hièra entrainera le chaos, l’effet papillon en quelques sorte, des modifications incontrôlés s’opéreront autour de vous et elles impacteront de plus en plus l’environnement qui vous entour. Lire le reste de cette entrée »





« Légende de la Garde » de David Petersen (bientôt un JDR en français)

19 07 2011

J’avais envie d’écrire depuis longtemps sur la bande dessinée Les Légendes de la Garde sortie chez Gallimard. Japan Expo est devenu l’excuse parfaite pour en parler étant donné que l’on en sait un peu plus sur la version française du jeu de rôle du même nom. J’avais tout d’abord aperçu cette bande dessinée sur le

Automne 1152, premier tome des Légendes de la Garde.

blog des Mondes en Chantier où la couverture m’avait interpellée. Il est évident que lorsque l’on pense à de grandes épopées héroïques, il ne vient pas à l’idée que cet univers puisse avoir pour héros des souris. C’est à ce moment là que l’on se rend compte de tout le potentiel de l’aventure ; tout renard, chouette, serpent, devient aussi dangereux pour ces souris qu’un dragon crachant du feu pour un chevalier d’heroic fantasy. Leur taille ne rajoute que de l’héroïsme à ces petites bêtes qui combattent contre des animaux disproportionnés.

La bande dessinée,les Légendes de la Garde, nous plonge dans un univers où les souris ont fondé un vaste royaume, de nombreuses cités y ont prospéré et chacun a un caractère qui la différencie des autres. L’histoire des Légendes de la Garde met en avant un groupe composé de souris de la Garde, un corps de guerriers d’élite mis en place pour protéger les cités de nos petits rongeurs contre leurs prédateurs. On découvrira que les souris ne sont pas le seul peuple doué de traits anthropomorphiques et qu’elles ont des ennemis redoutés parmi les animaux sauvages. Au début de l’aventure, on découvre que les souris sortent d’une longue guerre contre le royaume des furets. Nul doute que les prochains tomes, chacun liés à une saison de l’année, vont nous en dire plus sur cet univers qui semble riche et varié. On espère en savoir plus sur les légendes mises en avant dans les deux premiers albums au tour de la « Hache noire », héros de légende qui relève du mythe au sein de la Garde. Le seul regret que l’on pourrait avoir est de ne pas en savoir plus sur cet univers, il reste tant encore à découvrir et ce ne sont pas les quelques planches montrant les habitants de cités qui ne sont pas encore visitées qui diront le contraire.

Lire le reste de cette entrée »





Japan Expo/Comic Con’ 2011 (1)

11 07 2011

Japan Expo/Comic Con’ est la grande convention pour tous les fans de manga et de comics pendant l’été, (si vous vivez dans la partie nord de la France bien sûr) mais pas uniquement. Un petit village de rôlistes s’installe chaque année du côté Comic Con’ pour faire découvrir leur passion au public présent. C’était un évènement que l’on se devait de couvrir pour Rôliste TV, nous y sommes donc allés les vendredi et samedi pour tourner des interviews ainsi qu’un petit reportage sur la convention. Cette visite était d’autant plus importante qu’il n’y aurait pas de « Monde du Jeu » cette année du à la fusion du « Festival du Jeu vidéo » avec le « Paris Game Week ».

Con Comic France, la petite sœur de la convention de San Diego US.

Le Village Ludique (le pôle rôliste) était placé du côté Comic Con’ puisqu’il correspondait plus à l’imaginaire occidental. Il faut avouer que l’on ne connait pas beaucoup de jeux de rôles asiatiques à part ceux sur console. Il était donc naturel que ces stands soient placés de ce côté-ci de la convention. Outre le jeu de rôle, le visiteur pouvait découvrir les pôles GN (jeu de rôle grandeur nature), ainsi que l’énorme pôle jeu vidéo qui attirait l’œil avec ses stands colorés et dynamiques. Nintendo et Sega se livraient d’ailleurs une petite guéguerre de stand puisque cette année marque à la fois l’anniversaire de Zelda et de Sonic. Je ne vais malheureusement pas pouvoir vous en dire beaucoup plus étant donné que je n’ai pas eu le temps d’y rester longtemps, le devoir rôliste m’appelait.  (Note de la Copine du Geek à Tartiner, fan de Zelda : un peu sommaire, à première vue, côté Nintendo, deux personnes costumées en Zelda et Link accueillaient les visiteurs dans un décor à peu près forestier où étaient cachées des 3DS avec la nouvelle version d’Ocarina of Time. Mais, dans un box derrière, une galerie retraçant l’épopée Zelda était très sympa, même si on n’avait pas le droit de faire des photos… !)

Lire le reste de cette entrée »





Te Deum pour un massacre, un jeu de rôle des éditions du Matagot

30 06 2011

« A Paris le massacre commença le 24 août, une heure avant le lever du soleil. Il dura cinq jours. En province, les tueries se prolongèrent jusqu’en octobre. A Rome, lorsque le pape Grégoire XIII apprit les évènements de la Saint-Barthélemy, Sa Sainteté manifesta une grande allégresse, et célébra un Te Deum dans la chapelle privée. Un Te Deum pour un massacre… »

Te Deum pour un masacre, un jeu de rôle se déroulant pendant les guerres de religions.Cette petite introduction vous donne le cadre du jeu de rôle Te Deum pour un massacre, autrement dit, les guerres de religion du XVIe siècle. Mais ce jeu ne s’arrête pas là, puisque son but est de faire jouer  des aventures réalistes dans ce monde moderne. Pour réussir cette prouesse, Jean-Philippe Jaworski nous propose un premier tome décrivant avec une grande minutie la société, la géographie et la chronologie de l’Histoire des grands évènements de l’époque. On a là une véritable petite encyclopédie sur cette période que l’on connait assez mal. Bien sûr, tout le monde connait Henri IV de Navarre ou Marguerite de Valois (dite la reine Margot), mais il est difficile d’expliquer les tenants et les aboutissants des huit guerres de religion qui se sont succédées durant cette période.

Le livre sur la société nous décrit la vie courante de l’époque, que l’on soit noble ou roturier. On peut y voir, en feuilletant les pages, quelques archétypes qui pourront être forts utiles à des parties : entre autre, ceux des mercenaires Lansquenets et des Gardes Suisses. Et pour finir, on pourra y trouver une table donnant le prix de quasiment tous les biens matériels que pourraient acheter vos personnages.

Lire le reste de cette entrée »





Next Week

27 04 2011

Désolé, mais pas de billets cette semaine, je prépare un jeu de rôle pour le concours des « Démiurges en herbes » (organisé par Forgesonges, le lien ici). 40 000 caractères et un Portal 2 plus tard je vous offrirai des biens beaux articles. Une critique du jeu vidéo est à prévoir pour la semaine prochaine 😉

En attendant je souhaite à tous les participants des « Démiurges » bonne chance et que le meilleur gagne.





Histoire de Jouer 5 à Caen, Teocali (2)

3 04 2011

Histoire de Jouer 5, seconde partie ! Je vais vous donner mes impressions sur la partie de Teocali à laquelle j’ai participé. Ce jeu de rôle se déroule dans un univers précolombien, inspiré des civilisations Aztèques et Mayas. Sur une île, vivent six tribus, chacune dévouées à une divinité, un Teotl. Dans ce cadre, on incarne des émissaires des Dieux qui leurs ont transmis une partie de leurs pouvoirs. Tout irait bien dans le meilleur des mondes si malheureusement des hommes blancs n’étaient pas arrivés dans leurs « maisons sur l’eau » (des caravelles) et qu’ils ne convoitaient pas tout l’or que l’Île peut leur offrir.

Après avoir entendu ce pitch de la part de Jilsar, il fut temps de choisir nos pré-tirés parmi les six disponibles.

– Commençons par l’Ahema, l’émissaire du Dieu Ahecati, le Vieillard à la Lance. Il est la Loi dans toute sa splendeur, chargé d’en assurer son exécution mais aussi sont jugement en cas de transgressions. Le personnage pourra faire penser un peu à Judge Dredd dans son archétype, après tout dépend de la manière dont vous le jouez.

– Les Centes, émissaires du Dieu Centloa, le Forgeur d’or. Couvert d’une armure d’or (un peu comme les chevaliers du Zodiaque) ces forgerons sont les protecteurs des Huacans, grandes statues d’or gardiennes des habitants de l’île.

Lire le reste de cette entrée »








%d blogueurs aiment cette page :