Festival de Darnétal + « Vegas »

27 09 2010

Depuis quelques années j’assiste au Festival de la bande dessinée de Darnétal qui a toujours lieu fin Septembre pour tenir le stand de l’association Sonanbul. Cette année n’a pas coupé à la règle, même si j’étais moins présent que les années précédentes. Mes premières impressions n’étaient pas franchement bonnes étant donné que le festival était encore plus petit que l’année dernière et qu’il était toujours payant ( 5/3€ la journée tout de même) pour le public de plus de 18 ans.  Le festival avait lieu dans une salle de tennis couvert réorganisée pour l’occasion et de deux chapiteaux qui prolongeaient le bâtiment à l’arrière. Il n’y avait donc qu’un des deux lieux de l’année passé, mais bon l’avantage au moins c’est que tout était au même endroit. On peut dire que malheureusement les dessinateurs qui étaient dans les chapiteaux ont du souffrir des conditions météo pas franchement folichonnes du weekend (tout comme pour les bénévoles sur notre stand qui était dans le chapiteau le  plus excentré).

Affiche du 15eme festival de la bande dessinée de Darnétal

La première bonne surprise fut que l’accueil sur place c’était grandement amélioré depuis les éditions précédentes. Si par le passé on avait même pas le droit d’avoir un café parce que l’on était pas dessinateur, ce n’était pas le cas cette année. Par contre il faut avouer que l’organisation avait quelques peu du mal, on se serait cru aux J.O. de Barcelone ou ils avaient peint les pistes du 100 mètres une demi-heure avant la course. Cela se voyait aussi malheureusement sur le programme ou l’on savait même pas les heures et les jours ou les auteurs dédicaçaient (alors que c’était marqué sur le blog du festival) et les personnes chargés des informations sur place n’en savaient pas beaucoup plus d’ailleurs. Autre mauvaise surprise découverte sur place, seul les personnes achetant une bande dessinée sur place avaient le droit d’aller faire une dédicace. Heureusement les dessinateurs ne semblent pas avoir suivi la consigne et ont autorisés les fans à faire une dédicace sur leur bande dessinée de leur choix.

Il y avait un bon nombre de petites expos proposés sur place et une notamment une sur Andréae, le dessinateur du très lyrique « Mangecoeur ». Comme chaque année, les dessinateurs et auteurs de BD normands ont répondus présent à l’appel, c’est ainsi que l’on a pu croiser Duval ou même Joël Jurion qui était la pour présenter sa nouvelle BD éditée chez Soleil (dont je vais parler un peu plus tard). C’est donc un bilan mi figue / mi raisin pour cette nouvelle édition du festival de la BD de Darnétal. On sentait un accueil franchement plus agréable que dans les éditions précédentes mais le festival était vraiment tout petit. On s’attendait à quelque chose d’un peu spécial pour une date « anniversaire » de la part de Darnétal et on a eu une édition relativement classique.

Il faut dire qu’en plus il n’est plus le seul sur le créneau puisque la semaine prochaine à lieu le festival de la BD de Dieppe qui malgré son jeune âge ne manque pas de motivation et aurait tendance à supplanter celui de Darnétal. Rien que dans la Région de Haute Normandie on ne dénombre pas moins de quatre festivals dans l’année. On se demande donc quel sera l’avenir du Festival de la BD de Darnétal, ne vaudrait -il pas mieux faire quelque chose avec toute l’agglomération rouennaise à fin de faire un festival de plus grande ampleur? J’espère en tout cas qu’un jour on aura le festival de l’agglo mérite et qui attirera plus de monde.

Vegas, Au revoir Julia

Vegas, Au revoir Julia

Enfin fini de parler du festival en lui même, un rapide coup d’œil au stand du « Grand Nulle part » m’a permis de voir que Jurion avait collaboré à un nouveau projet. La nouvelle BD s’appelle « Vegas », une aventure de science fiction dans un univers dans un futur proche ou une fille qui a perdu la mémoire essaye de retrouver des bribes de son passé à la manière forte.  On suivra donc les aventures de Julia dans un Las Vegas futuriste ou la technologie est la aussi bien pour se droguer que pour permettre la reconstruction moléculaire de notre héroïne. Le petit pitch proposé par soleil dit:

« Ne perdez jamais de vue le premier commandement de la clinique: se consacrer entièrement et exclusivement à ses patientes. Vous êtes une femme, 3101, alors soyez-en digne et acceptez fièrement ce que vous représentez pour ces décérébrés congénitaux de mâles: le désir… »

Anachron

le dernier tome d’Anachron, une BD mellant SF et Fantasy.

Un scénario assez classique pourrait-on dire donc, mais en même temps c’était plus pour le dessin de Jurion que pour l’histoire de Ludovic Danjou. Pour petit rappel Joël Jurion avait travaillé sur la série « Anachron » ainsi que sur « Les démons de Dunwitch ». On sent la pâte distinctive des personnages au fil des différents projets et le héros de « Vegas », Julia, prouve tout le talent du dessinateur.

On voit que dans son dernier projet l’auteur a fait un grand travail sur la colorisation, on sent bien l’atmosphère du désert toujours présente en filigrane dans les paysages des plaines de Vegas et la démesure des Casinos de la ville qui ne dort jamais. Les cadrages sont aussi très soignés, la sensation de mouvement et de rapidité est bien rendu et on suit les scènes d’action avec un grand plaisir.

Une petite déception nous guette toutefois puisque Soleil ne continuera pas l’aventure. C’est bien dommage puisque c’est certainement dans un deuxième tome que la série aurait pu trouver un thème qui l’aurait sortie un peu du lot et qui aurait permis de faire un scénario plus étoffé. C’est franchement dommage je trouve, d’autant plus que Joël Jurion m’a dit pendant la dédicace qu’il n’était plus trop tenté par la bande dessinée malgré le fait qu’on lui propose de nombreux projets. Je souhaite néanmoins voir de nouvelles BD ou il serait dessinateur dans l’avenir car j’aime beaucoup son style. Affaire à suivre donc.

au revoir Julia

Ma dédicace de Joël Jurion, il prend son temps mais franchement ça vaut le coût d’attendre.

Publicités




Le Monde du Jeu 2010

6 09 2010
Monde du Jeu

L’entrée du Monde du Jeu

Cette année je suis allé au Monde du Jeu et grâce à ma contribution à l’aventure « roliste.tv » j’ai pu acquérir un pass presse pour cette évènement. On m’en avait dit beaucoup de bien de par le passé et je dois dire que je n’ai pas été déçu. Tout le monde était très sympathique, de nombreux stands proposaient des initiations à leurs jeux et j’ai ainsi pu tester quelques jeux entre les interviews pour roliste tv. J’ai donc décidé de braver la foule du samedi, jour traditionnellement le plus chargé dans les conventions pour aller à cet évènement. On m’avait dit que c’était plutôt calme du côté « Monde du Jeu » et que l’ambiance était moins boum boum techno que celle du Festival du Jeu vidéo. Je dois dire que je pense que cette année a été un peu la surprise pour tout le monde puisque les allés du Monde du Jeu étaient pleines de passants alors que l’on pouvait pas vraiment en dire autant  pour son acolyte le Festival du Jeu vidéo. Il faut dire que pour y avoir fait un petit tour, le côté jeu vidéo, bien que ce soit l’une de mes passions, ne m’attirait pas franchement. On n’avait pas l’impression qu’il y est de stands de constructeurs comme Sony, Nintendo ou Microsoft (alors qu’il y aurait pu avoir des stands pour présenter Kinect ou le playstaion move).  Pire encore on y trouvait encore moins de stands d’éditeurs de jeux (Capcom, Square Enix, EA…). Il y avait tout de même quelques concepteurs de jeu indépendant présents (dont voici l’un des projets qui a attiré mon attention) qui montraient leurs créations et à qui on pouvait poser des questions sur leur travail.

Winamax

le stand de notre Patrick national Winamax

Tout une partie du Salon « jeux vidéos » était dédié aussi aux tournois sportifs (pas mal de Counter Strike et de Star Craft donc) mais je dois dire qu’après avoir vu ça deux minutes j’étais personnellement un peu lassé malgré la voix enflammée du commentateur.  Il y avait aussi un côté consacré aux écoles spécialisés dans le jeu vidéo, que ce soit pour la conception ou pour tout autre emploi relié à ce média. On pouvait noter l’apparition de pas moins de trois stands de poker sur le salon ou l’on pouvait s’essayer au jeu de carte du moment.

blazeblue

Dessin pour le character design d’un personnage de « Blazeblue: Calamity Trigger ».

Il n’y avait gère que le stand du musée du jeu vidéo, celui de la FNAC ou l’on pouvait tester certains jeux et une exposition montrant des dessins préparatoires de Blazeblue entre autres qui donnait un peu envie de s’attarder dans la partie jeu vidéo de la convention. Toutefois, il n’ en était pas de même du côté du Monde du Jeu ou les allés se sont vite retrouvés pleines de monde.

Les grands éditeurs de jeux de sociétés étaient évidemment présents à l’appel, on ne pouvait évidemment pas louper les énormes stand de de Edge et d’Asmodée qui faisait testé leurs jeux avec à chaque fois un animateur non loin qui vous expliquait les règles de chaque jeu si jamais vous ne les connaissiez pas. Mais il n’y avait pas que les jeux de société qui étaient présent, les jeux de rôles étaient biens présents et la aussi, on avait un grand nombre d’éditeurs, de distributeurs et d’associatifs qui proposaient dédicaces, sorties de jeux en avant première ainsi que des parties tests.  C’est sur le stand du GROG que Taybott a pu tester le nouveau et énigmatique je de rôle « Z Corp » ou l’on essaye de survivre à une horde de zombies.  Outre les stands, on a pu en savoir un peu plus sur les sorties à venir chez John Doe et XII Singes qui, il faut le dire ne ménagent pas leur peine pour nous offrir des nouveautés. On notera une présence bien marqué du jeu « Les Ombres d’Esteren » puisqu’il était au stand du distributeur iello, à celui de l’association Forgesonges mais aussi à son propre stand ou l’on pouvait se faire dédicacer son ouvrage par les nombreux contributeurs de la bête. On doit avouer qu’il y avait une ambiance de franche rigolade et que l’on se prêtait joyeusement au jeu de « testeur » des nombreux petits instants ludiques proposés. La recette a fait mouche en tout cas puisque les tables de test ne désemplissaient pas le moins du monde jusqu’à la fin du salon. On peut dire que le Samedi au Monde du Jeu a été un véritable succès et que l’on voit que le marché du jeu de rôle et du jeu de société a encore de beaux jours devant lui.

Asmodée

Le stand d’Asmodée le démon du jeu

Pour ce qui est de ma propre expérience du salon, je peux dire que l’essai du jeu « Lemings Mafia » a attiré mon attention, un petit jeu de plateau qui était compétitif et à la fois coopératif (je sais, vous allez me dire, comment c’est possible) ou l’on devait essayer de s’échapper d’une ville ou l’on est poursuivi par la pègre locale. Afin d’avoir un maximum de points à la fin de la partie par le biais de missions, il faut se faire aider des autres, on a donc tout intérêt à travailler de paire avec les autres joueurs. Sinon pour mes petits achats, je n’ai pas pu résister à l’appel du livre de la nouvelle campagne pour BIA qui était disponible sur le stand des XII Singes et comme j’aime bien cet éditeur je lui ai pris des petits jeux de cartes histoire de voir ce que donnait cette part de la gamme. Enfin, mon petit côté Warhammer est ressortit puisque j’ai fait l’acquisition du jeu de carte « Space Hulk » qui prend part dans le  même vaisseau que le jeu de plateau éponyme. Edge ne proposait toutefois pas que ce jeu de carte et avait de nombreux jeux en démo que je n’ai pas pu tester. Par contre une petite déception sur ce même stand puisque que la Légende des cinq anneaux (L5R pour les intimes) n’était malheureusement pas disponible, il n’y avait que le jeu de rôle du trône de fer de disponible sur le stand.

Edge

Jilsar et Coco testent le jeu de carte « Space Hulk »

Enfin, Pass Presse oblige, la petite équipe de roliste tv a du tout de même faire un peu de boulot sur place. J’ai personnellement fait trois interview (XII Singes, John Doe et les créateurs de Tenga) mais avec Penpen et Taybott nous avons pas moins de 11 interviews (Black Book Editions, Guide du Roliste Galactique, La Bible du Meneur, Achéron, Cats, Forgesonges, Mahamot et bien sur Metal Adventure Man) ainsi que des conférences de la FFJDR qui ont été enregistrés tout au long de la convention. Même si, il faut l’avouer, on faisait un peu amateur dans le coin presse, on a tout eu beaucoup de fun à tourner tout ses petites vidéos. A la clef quelques exclusivités sur les nouveautés à venir. Enfin je vous parlerais sans doute de toute cela prochainement quand ce sera en ligne.








%d blogueurs aiment cette page :