#PlayStationMemories [partie 2] flOw, Flower & Journey ou la puissance de la scène indé (thatgamecompany)

21 11 2013

Après vous avoir fait partager mes premières expériences avec la PS3, je vais vous parler de mon coup de cœur pour un studio de jeu vidéo indépendant, thatgamecompany. Ce petit studio a réussi à créer de véritables perles qui resteront pour moi parmi les jeux les plus marquants de la PS3. Chacun de leurs jeux est une expérience qui ne laisse pas indifférent, TGC nous emporte dans univers, nous propose quelque chose de neuf à des kilomètres des fps qui se ressemblent un tous les uns les autres. Pas de barre de vie, de quêtes à accomplir, de méchants aliens à tuer à coup d’armes surpuissantes, ici tout est question de ressentit, de découverte.

thatgamecompany®

Je n’ai pas découvert ce studio dès leur premier jeu, ce n’est que lors de la sortie de leur dernier jeu sur PS3,  Journey  (dont je parlerais plus tard dans cet article) que j’ai pu essayer leur tout premier jeu, flOw. Afin de rendre justice au travail du studio je vais traiter les jeux dans l’ordre chronologique Lire le reste de cette entrée »

Publicités




#PlayStationMemories : [partie 1] mes souvenirs sur PS3

12 11 2013

Alors que la nouvelle génération de consoles sortira dans les jours qui viennent, je souhaitais faire une série d’articles sur mes meilleurs souvenirs de cette génération. Bien évidemment, étant un petit fanboy Sony dans l’âme, j’ai décidé de commencer par mes meilleurs souvenirs sur Play Station 3.

dual-shock-3/4

Je vais donc parler du premier jeu que j’ai acheté sur PS3 : Little Big Planet

Étant en bundle avec la console, on peut légitimement dire que c’est véritablement mon premier achat (bien que je me rappel avoir également pris Heavenly Sword) sur PS3. C’est le jeu qui m’a décidé à sauter le pas et à délaisser ma PS2. Évidemment il y avait à l’époque bien d’autres jeux, le premier Uncharted a sans doute fait vendre plus de PS3 que ne l’a fait LBP, mais ce jeu a toute fois donné une identité à la console (chose qui, d’après moi, manquait un peu à la Xbox 360 à ses débuts).

Son univers coloré et ses petits bonhommes mignons tout plein, sackboy et sackgirl,  apportaient quelque chose de nouveau dans le genre plate-forme (comme l’a fait par la suite Rayman Origins et Lengends). La mécanique de 2,5D (avec un champ de profondeur bien que le jeu soit en scrolling horizontal) apportait une mécanique intéressante bien qu’elle ne soit certainement pas une nouveauté issue de ce jeu. Lire le reste de cette entrée »





[mini] Assassin’s Creed : Revelations d’Ubisoft

4 10 2011

 Assassin’s Creed : Revelations arrive le mois prochain !! Les trailers et autres teasers se font de plus en plus nombreuses au tour du dernier volet de la Saga d’Ezio qui, comme son nom le dit, nous révélera tous les secrets. Si la vidéo  projetée par Ubisoft à l’E3 de Los Angeles avait frappé fort avec la musique de Woodkid, le dernier trailer en date, lui, se concentre plus sur l’histoire.

 On y voit plus longuement Constantinople, qui sera le théâtre principal de notre histoire. Un petit retour à Masyaf (qui était présente dans le premier Assassin’s Creed) serra sans doute de la partie étant donné qu’Ezio part sur les traces d’Altaîr, son ancêtre. Il est d’ailleurs prévu que l’on puisse jouer à la fois Altaïr et Ezio dans Constantinople et  ainsi voir la ville à deux époques différentes (respectivement au Xie et XVe siècle). Lire le reste de cette entrée »





Arrietty, le petit monde des chapardeurs.

17 01 2011

Toujours curieux des nouvelles productions du Studio Ghibli, je suis allé voir « Arrietty » ce weekend et je me suis dit que c’était l’occasion idéale pour faire ma première critique de film sur ce blog. Un article un peu différent pour cette fois-ci donc.

Tout d’abord, j’avais beaucoup entendu parler d’Arrietty, que ce soit sur la chaîne Nolife ou par le biais d’amis. C’était un film attendu par les fans du Studio puisque c’est le premier où Miyazaki passe un peu la main à d’autres talents pour la réalisation d’un long métrage. On savait que Hayao n’était pas très satisfait du travail qu’avait fait son fils Gôro avec son « Conte de Terre-Mer ».

Arrietty était un projet qui tenait à coeur à Hayao Myazaki depuis longtemps, il a confié la réalisation à un dessinateur du studio, Hiromasa Yonebayashi, présent depuis Princesse Mononoké. La patte de Hayao n’est présente dans ce film que dans le scénario, ce dernier ayant laissé libre champ à son réalisateur pour créer les story board et la mise en scène.

L’intrigue principale du film se déroule autour d’Arrietty (comme vous auriez pu l’imaginer) petite chapardeuse de 14 ans. Mais qui sont les chapardeurs? Les chapardeurs sont des petits êtres, humains d’apparence, moins grands qu’une fourchette. Ils vivent cachés dans nos maisons et chapardent nos biens pour pouvoir survivre. Leur existence ne doit pas être révélée aux humains car ces derniers sont généralement cruels envers eux. Lire le reste de cette entrée »





« Majin and The Forsaken Kingdom » par Namco Bandaï Games

17 12 2010

Cette semaine, je vous propose un jeu dont vous n’avez peut-être pas beaucoup entendu parler. Il s’agit de « Majin and the Forsaken Kingdom ». Ce jeu est dans la lignée d’ « ICO » ou bien de « Shadow of The Colossus ». On vit ici une aventure à travers un personnage héros malgré lui. Tepeu (à prononcer te-pé-ou) est un voleur qui a un don des plus particuliers: il parle aux animaux. Il est l’un des seuls humains survivant d’une grande catastrophe. Il vit dans un monde désolé où tout est envahi par les Ténèbres et d’étranges guerriers recouverts d’une espèce de goudron en sont les sinistres émissaires. C’est grâce au bouche à oreille des animaux que vous serrez conduits jusqu’à un château où se trouverait une créature légendaire,

Majin and the Forsaken Kingdom

le « Majin ». Après une petite séquence d’infiltration, on découvre le bonhomme, une sorte de monstre gentil qui a tout le temps faim et qui souffre d’amnésie. Evidemment, ce dernier a perdu la plupart de ses pouvoirs et il falloir les retrouver. Ces pouvoirs, qui sont liés aux éléments de la nature (vent, flamme, foudre…), se récupèrent via des énormes fruits disséminés un peu partout dans l’univers. Votre compagnon, qui s’appel Teotl, vous aidera vaincre les Ténèbres grâce à sa force et ses pouvoirs végétariens (les fruits). Petit à petit, Teotl recouvrira la mémoire, vous aidant ainsi à découvrir ce qu’il s’est passé dans le royaume. Le fait est que l’on va vite devenir dépendant de son gardien, car tout seul, on n’est franchement pas fort, et que Teotl est le seul à pouvoir détruire définitivement les ennemis.

Question jouabilité, le jeu est plutôt agréable, il n’est pas trop dur de diriger votre compagnon qui est géré le reste du temps par l’IA ; évidemment, il y a toujours quelques ratés, par exemple, il ne va pas là où vous voulez qu’il aille, ou encore il ne combat pas le bon ennemi. Toutefois, après un temps d’adaptation et une maîtrise des différents pouvoirs du Majin, on arrive à se sortir de la plus part des échauffourées. Le jeu étant de type Action/Aventure, on enchainera les phases de combats et les phases de réflexions puisque comme Teotl est un peu grand, il ne peut pas, contrairement à vous, se faufiler un peu partout. Les animaux vous parleront tout au long de l’aventure avec des voix humaines (ça fait toujours bizarre d’entendre un perroquet avec une voix grave à Barry White) pour vous donner des indices ou vous parler de l’univers.

Teotl

Tepeu donne un fruit à son copain en bois 🙂

Vous aurez remarqué que les noms des héros sont à consonance précolombienne, ce n’est pas un hasard. L’univers s’inspire en effet de l’architecture précolombienne, mais aussi d’armures de conquistadors, une ambiance que l’on ne voit rarement dans les jeux en général et qui aide celui-ci à sortir du lot. Enfin, évidement, on voit bien que le jeu possède un message écologique, les Ténèbres ont un aspect de pétrole/goudron et votre compagnon fait plutôt esprit de la forêt que gros mecha en armure et il ne mange que des produits bio (même s’ils sont un peu bizarres). En somme, « Majin and the Forsaken Kingdom » serait le fruit de l’union entre « Zelda » et « Ico ».

C’est un jeu vidéo qui vous assurera au moins les 10 heures syndicales pour ceux qui veulent finir le jeu le plus vite possible, mais il peut être bien plus long si jamais vous souhaitez collectionner toutes les bribes de mémoires (qui vous donnent un costume super classe) et les coffres cachés un peu partout dans l’univers. Je conseille vivement ce jeu qui a été produit par Yoshiki Okamoto (connu pour son travail sur les séries Resident Evil ainsi que Street Fighter entre autres…) La magie du duo opère malgré le fait que vous ne contrôliez vous-même qu’un seul personnage à plein temps.

fight

Petit plus pour les possesseurs de PS3, un petit add-on est disponible gratuitement avec un code (pour moi, il était disponible dans la boîte). Je ne l’ai pas encore essayé mais c’est toujours agréable d’avoir un petit quelque chose en plus que la version console de Billou.





First Stage!

6 09 2010

Après avoir créé un blog de « chercheur », je me suis dit que ce serait bien que j’en fasse un pour donner mes impressions sur ce qui me passionne, autant dire des trucs de geek, mais pas que. Je parlerais donc d’un peu del tout, que ce soit de la lecture, du jeu ou ce qui passe sur un écran.

Flower

Flower un petit jeu téléchargeable sur la PS3 qui est une vraie merveille.

Comme ce post est un peu vide je me suis dit que j’allais mettre une petite image de « Flower« , un jeu PSN que j’ai vraiment adoré et auquel je rejoue de temps en temps même si je l’ai terminé et que j’ai quasiment tout les trophées. Je ferrais sans doute un post plus tard pour vous parler de ce super jeu 😉

Pour ce qui est du reste, on se dit donc à bientôt dans le prochain niveau pour de folles aventures!!!








%d blogueurs aiment cette page :