#PlayStationMemories [partie 2] flOw, Flower & Journey ou la puissance de la scène indé (thatgamecompany)

21 11 2013

Après vous avoir fait partager mes premières expériences avec la PS3, je vais vous parler de mon coup de cœur pour un studio de jeu vidéo indépendant, thatgamecompany. Ce petit studio a réussi à créer de véritables perles qui resteront pour moi parmi les jeux les plus marquants de la PS3. Chacun de leurs jeux est une expérience qui ne laisse pas indifférent, TGC nous emporte dans univers, nous propose quelque chose de neuf à des kilomètres des fps qui se ressemblent un tous les uns les autres. Pas de barre de vie, de quêtes à accomplir, de méchants aliens à tuer à coup d’armes surpuissantes, ici tout est question de ressentit, de découverte.

thatgamecompany®

Je n’ai pas découvert ce studio dès leur premier jeu, ce n’est que lors de la sortie de leur dernier jeu sur PS3,  Journey  (dont je parlerais plus tard dans cet article) que j’ai pu essayer leur tout premier jeu, flOw. Afin de rendre justice au travail du studio je vais traiter les jeux dans l’ordre chronologique Lire le reste de cette entrée »





#PlayStationMemories : [partie 1] mes souvenirs sur PS3

12 11 2013

Alors que la nouvelle génération de consoles sortira dans les jours qui viennent, je souhaitais faire une série d’articles sur mes meilleurs souvenirs de cette génération. Bien évidemment, étant un petit fanboy Sony dans l’âme, j’ai décidé de commencer par mes meilleurs souvenirs sur Play Station 3.

dual-shock-3/4

Je vais donc parler du premier jeu que j’ai acheté sur PS3 : Little Big Planet

Étant en bundle avec la console, on peut légitimement dire que c’est véritablement mon premier achat (bien que je me rappel avoir également pris Heavenly Sword) sur PS3. C’est le jeu qui m’a décidé à sauter le pas et à délaisser ma PS2. Évidemment il y avait à l’époque bien d’autres jeux, le premier Uncharted a sans doute fait vendre plus de PS3 que ne l’a fait LBP, mais ce jeu a toute fois donné une identité à la console (chose qui, d’après moi, manquait un peu à la Xbox 360 à ses débuts).

Son univers coloré et ses petits bonhommes mignons tout plein, sackboy et sackgirl,  apportaient quelque chose de nouveau dans le genre plate-forme (comme l’a fait par la suite Rayman Origins et Lengends). La mécanique de 2,5D (avec un champ de profondeur bien que le jeu soit en scrolling horizontal) apportait une mécanique intéressante bien qu’elle ne soit certainement pas une nouveauté issue de ce jeu. Lire le reste de cette entrée »








%d blogueurs aiment cette page :